Mona Chollet | Sorcières

Autrice _ Mona Chollet
Date de Sortie _ 13 Septembre 2018
Editeur _ Zones
Nombre de Pages _240
Prix _ 18€


Résumé 

Tremblez, les sorcières reviennent ! disait un slogan féministe des années 1970. Image repoussoir, représentation misogyne héritée des procès et des bûchers des grandes chasses de la Renaissance, la sorcière peut pourtant, affirme Mona Chollet, servir pour les femmes d’aujourd’hui de figure d’une puissance positive, affranchie de toutes les dominations.

Qu’elles vendent des grimoires sur Etsy, postent des photos de leur autel orné de cristaux sur Instagram ou se rassemblent pour jeter des sorts à Donald Trump, les sorcières sont partout. Davantage encore que leurs aînées des années 1970, les féministes actuelles semblent hantées par cette figure. La sorcière est à la fois la victime absolue, celle pour qui on réclame justice, et la rebelle obstinée, insaisissable. Mais qui étaient au juste celles qui, dans l’Europe de la Renaissance, ont été accusées de sorcellerie ? Quels types de femme ces siècles de terreur ont-ils censurés, éliminés, réprimés ?
Ce livre en explore trois et examine ce qu’il en reste aujourd’hui, dans nos préjugés et nos représentations : la femme indépendante –; puisque les veuves et les célibataires furent particulièrement visées ; la femme sans enfant –; puisque l’époque des chasses a marqué la fin de la tolérance pour celles qui prétendaient contrôler leur fécondité ; et la femme âgée – devenue, et restée depuis, un objet d’horreur.
Enfin, il sera aussi question de la vision du monde que la traque des sorcières a servi à promouvoir, du rapport guerrier qui s’est développé alors tant à l’égard des femmes que de la nature : une double malédiction qui reste à lever.


Note4

Depuis plusieurs semaines j’ai vu passé sur des comptes twitter parlant de livres et de féminismes ce nouvel essai de Mona Chollet que je connaissais déjà de nom. Et sans doute est-ce parce que je suis dans une période « sorcières » entre Halloween, le revival de Charmed (dont je ne parlerai pas ici), mon envie de me refaire l’intégral de Charmed originel, les nouvelles aventures de Sabrina sur Netflix et l’annonce de l’arrivée de tous les Harry Potter sur la plateforme j’ai été très attirée par ce titre et le résumé (OUI pour une fois j’ai LU un résumé !).

Je me suis donc lancée dedans et je ne sais au final pas trop comment juger cet ouvrage. C’est un sentiment que j’ai souvent vis-à-vis d’un essai car je ne peux pas vraiment parler des émotions et de mon ressenti de lecture comme je peux le faire avec un roman mais pour autant ma lecture ne me laisse pas impassible. Et parler de comment les thématiques sont aborder ce n’est pas évident sans en révéler le contenu. Si bien que je m’excuse d’avance si je semble peu à l’aise dans ma chronique ou peu fluide.

Cet essai se découpe en 5 grandes parties : l’Introduction, une partie sur l’indépendance (financière et dans le mode de vie), sur le désir/non-désir d’enfant et ce que peut représenter la maternité pour la société, l’agisme et les comportements de la société vis-à-vis des femmes dès les premiers signes de l’âge et pour finir, l’univers médical et surtout gynécologique.

En clair, un panorama large et complet de la perception des femmes par la société et surtout un exposer de comment sont perçues les femmes qui refusent de vivre selon les préceptes patriarcales. Et je dois dire que je me suis beaucoup retrouvée dans ce texte. En tant que femme vivant seule et ne souhaitant pas d’enfants (bien que je n’ai que 24 ans) et allant à reculons à chaque rdv médical car je sais à quoi m’attendre à chaque fois, j’avais de quoi me sentir concernée par ce texte.

Je ne suis pas forcément totalement en accord avec ce qui a pu être dit, dans le sens où j’ai une opinion différente, avec d’autres nuances sur tel ou tel sujet, bien qu’elle soit rarement, voir jamais totalement contraire. Mais dans la globalité, j’ai trouvé que l’autrice avait vraiment bien traité le sujet et qu’elle a surtout réussi son objectif : me faire réfléchir.

Car je ne lis pas un essai pour la même raison que je lis un roman. Je le fais car je veux m’évader, car je veux penser à autre chose qu’au quotidien. Un essai je le fais pour être bousculée dans mes opinions, être forcé à réfléchir. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai pris tant de temps à le lire (presque 2 semaines). Car le facteur de « je ne le lisais que le matin dans les transports » mis à part, j’avais tendance à chaque partie/chapitre terminé de me poser un peu et de réfléchir à ce que je venais de lire. Je m’efforçais à exercer mon esprit critique.

Au final, je pense vraiment que cet ouvrage mérite le coup d’œil et la lecture si le féminisme vous intéresse. Et surtout si les grandes thématiques abordées vous intéressent. Après si jamais seule une partie est concernée il y a toujours moyen, sur le site de la maison d’édition de lire le texte gratuitement (bien sûr, je vous recommande plutôt d’acheter le livre afin de rémunérée l’autrice et la maison d’édition pour leur travail, mais si jamais, cette solution existe).

Publicités

5 commentaires sur « Mona Chollet | Sorcières »

  1. J’ai beaucoup vu passer ce livre aussi ces derniers temps et il figure déjà dans ma wishlist 🙂 Ton article est intéressant car du coup j’ai une vision plus précise du contenu du roman, je ne pensais pas qu’il était découpé selon ces thématiques… En tout cas, au vue du sujet, j’ai hâte de l’avoir entre les mains 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s